La diagonale du vide

La diagonale du vide

vous écoutez, on vous observe...

bengir000

Vous êtes métropolitain ou habitant une banlieue, vous ne craignez pas le choc des cultures, le countryside lifestyle vous apparaît comme une opportunité, alors ...

Podcast
En cours de lecture

s03e10 être utile ou ne pas être utile

s03e10%20%C3%AAtre%20utile%20ou%20ne%20pas%20%C3%AAtre%20utile.mp3

s03e10%20%C3%AAtre%20utile%20ou%20ne%20pas%20%C3%AAtre%20utile.mp3

Télécharger Télécharger ( 20 Mo )

Cette semaine on a terminé avec les épisodes thématiques.
On revient au bons vieux fondamentaux du journal de bord avec des rencontres tirées au hasard dans un quotidien quotidien.

Mais qu’est-ce qui est utile ?

Être utile, c’est être profitable. On dit utile ce qui procure un gain, un bénéfice à quelqu’un ou à quelque chose. L’utile est avantageux, il permet une amélioration. En ce sens littéralement tout peut être utile. Même si l’avantage est minime.
Cependant rien mais utile en soi, indépendamment d’un contexte où d’un projet donné.
Utile est à terme relatif : il ne prend sens que par rapport à autre chose, à une perspective plus générale dans laquelle il s’inscrit.
On dit parfois utile ce qui est indispensable cette façon de parler est illégitime: elle confond à tort le nécessaire et utile.

CHAPITRE XIV

La cinquième place de parking était très curieuse. C'était la plus petite de toutes. Il y avait là juste assez de place pour loger un réverbère et un fumeur de clope Ludo ne parvenait pas à s'expliquer à quoi pouvaient servir, quelque part sur le parking, une place sans place et un allumeur de clopes. Cependant il se dit en lui-même:

  • Peut-être bien que cet homme est absurde. Cependant il est moins absurde que le premier ministre que le vaniteux, que le businessman et que le buveur. Au moins son geste a-t-il un sens. Quand il allume son clope, c'est comme s'il faisait naître une étoile de plus, ou une fleur. Quand il éteint son clope ça endort la fleur ou l'étoile. C'est une occupation très jolie. C'est véritablement utile puisque c'est joli.
    Lorsqu'il aborda la place il salua respectueusement le clopeur:

  • Bonjour. Pourquoi viens-tu d'éteindre ton clope ?

  • C'est la consigne, répondit Serge le fumeur. Bonjour.

  • Qu'est-ce que la consigne ?

  • C'est d'éteindre mon clope. Bonsoir.
    Et il le ralluma.

  • Mais pourquoi viens-tu de le rallumer ?

  • C'est la consigne, répondit l'allumeur.

  • Je ne comprends pas, dit Ludo.

  • Il n'y a rien à comprendre, dit Serge le clopeur. La consigne c'est la consigne. Bonjour.
    Et il éteignit son réverbère.

Puis il s'épongea le front avec un mouchoir à carreaux rouges.

  • Je fais là un métier terrible. C'était raisonnable autrefois. J'éteignais le matin et j'allumais le soir. J'avais le reste du jour pour me reposer, et le reste de la nuit pour dormir...
  • Et, depuis cette époque, la consigne a changé ?
  • La consigne n'a pas changé, dit l'allumeur. C'est bien là le drame ! La place d'année en année a réduit de plus en plus vite, et la consigne n'a pas changé !
  • Alors? dit Ludo.
  • Alors maintenant qu'elle est trop petite pour les voitures je n'ai plus une seconde de repos. J'allume et j'éteins une fois par minute !
  • Ça c'est drôle ! Les jours chez toi durent une minute !
  • Ce n'est pas drôle du tout, dit Serge . Ça fait déjà un mois que nous parlons ensemble.
  • Un mois ?
  • Oui. Trente minutes. Trente jours ! Bonsoir.

Et il ralluma son clope .
Ludo le regarda et il aima cet allumeur qui était tellement fidèle à la consigne. Il se souvint des couchers de soleil que lui-même allait autrefois chercher, en tirant sa chaise. Il voulut aider son ami:

  • Tu sais... je connais un moyen de te reposer quand tu voudras...
  • Je veux toujours, dit le clopeur. Car on peut être, à la fois, fidèle et paresseux.

Ludo poursuivit:

  • Ta place est tellement petite que tu en fais le tour en trois enjambées. Tu n'as qu'à marcher assez lentement pour rester toujours allumé . Quand tu voudras te reposer tu marcheras... et la cigarette durera aussi longtemps que tu voudras.
  • Ça ne m'avance pas à grand'chose, dit le clopeur. Ce que j'aime dans la vie, c'est dormir.
  • Ce n'est pas de chance, dit Ludo.
  • Ce n'est pas de chance, dit Serge. Bonjour.
    Et il éteignit son clope.
    Celui-là, se dit Ludo, tandis qu'il poursuivait plus loin son voyage, celui-là serait méprisé par tous les autres, par le premier ministre, par le vaniteux, par le buveur, par le businessman. Cependant c'est le seul qui ne me paraisse pas ridicule. C'est, peut-être, parce qu'il s'occupe d'autre chose que de soi-même.
    Il eut un soupir de regret et se dit encore:

  • Celui-là est le seul dont j'eusse pu faire mon ami. Mais sa place est vraiment trop petite. Il n'y a pas de place pour deux...
    Ce que Ludo n'osait pas s'avouer, c'est qu'il regrettait cette planète bénie à cause, surtout, des mille quatre cent quarante clopes par vingt-quatre heures !

Podcast
En cours de lecture

s03e09 les Gardiens de Musée

s03e09%20les%20gardiens%20de%20mus%C3%A9e.mp3

s03e09%20les%20gardiens%20de%20mus%C3%A9e.mp3

Télécharger Télécharger ( 21 Mo )

Cette fois ci, encore un épisode thématique
encore un peu intello, les gardiens de musées nous entraînent à une vraie expo de vrai art et aussi au théâtre pour un dimanche après midi ou il pleuvait sur la salle Agora.
tu t'en souviens Barbarella ?

Mammouth art
Il s’agit d’une adaptation de la pièce de Jean-Michel Ribes, Musée haut, Musée Bas.
La troupe, les “Simonins”, composée de 6 comédiens, a déjà donné ce spectacle, à Saint-Simon, à Sonnac, à Capdenac, à Lacapelle, remportant à chaque fois un franc succès auprès du public.
L’un des comédiens anime un atelier théâtre pour les enfants de Fons, le mardi à 17h20, à la salle des associations. Si on en juge d’après le plaisir que les enfants y prennent, il est probable que le spectacle des adultes soit tout à fait réjouissant !

Une petite buvette sera proposée à l’issue du spectacle, dont les bénéfices iront à l’Association des Parents d’élèves de Lissac.
N’hésitez pas à faire circuler l’info !

« la gravedad insistente » Eduardo Chillida
Du 6 avril au 7 octobre 2018 Les Abbatoirs, Toulouse

En s’inscrivant à la suite des expositions monographiques récemment dédiées à Antoni Tàpies, Daniel Spoerri ou encore Hessie, le musée s’organise thématiquement afin de mettre l’accent sur le rapport du sculpteur à l’espace et à la gravité de la matière. Conçue avec le soutien exceptionnel de la Fundación Eduardo Chillida-Pilar Belzunce, elle souligne comment l’artiste espagnol a su, des années 1950 au début des années 2000, renouveler de manière inédite l’art de la sculpture. Elle permet enfin d’approfondir le caractère résolument expérimental de son oeuvre.
Dès les années 1950, l’artiste espagnol Eduardo Chillida (1924-2002) participe au renouvellement de la sculpture. Il refuse les contraintes de la matière et décide de créer ses sculptures directement au feu, dans la forge et de refuser la duplication traditionnelle de la sculpture en bronze.
Partant de l’épopée des Peignes du vent, conçus à fleur de l’océan Atlantique à Saint-Sébastien (Espagne), l’exposition aborde l’œuvre d’Eduardo Chillida de manière thématique, notamment les quatre éléments (eau, feu, air, terre). À côté des sculptures de fer et de métal, elle réunit un ensemble d’œuvres blanches (albâtre, œuvres graphiques) et de terres cuites.

Portant sur des thématiques propres à l’artiste, telles que les limites de l’espace ou encore l’implication de l’art dans l’espace public et la nature, l’exposition met en rapport les sculptures avec une sélection d’affiches, de dessins et de gravures. Les œuvres dialoguent également avec l’architecture des Abattoirs, notamment grâce à des suspensions.

Podcast
En cours de lecture

s02e08 la littérature

s02e08%20la%20litt%C3%A9rature.mp3

s02e08%20la%20litt%C3%A9rature.mp3

Télécharger Télécharger ( 15 Mo )

Définition du dictionnaire Littré

LITTÉRATURE: Prononciation ; li-té-ra-tu-r'; s. f.
Sens 1: Connaissance des belles-lettres.
Sens 2: L'ensemble des productions littéraires d'une nation, d'un pays, d'une époque. La littérature française. La littérature du moyen âge.
Sens 3: Les gens de lettres.
ÉTYMOLOGIE
Lat. litteratura, de litteratus (voy. LETTRÉ) : proprement, l'alphabet, la connaissance des caractères de l'alphabet et de la grammaire.

Anna Karénine (1877)
Livre de Léon Tolstoï
"Les familles heureuses se ressemblent toutes; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon."
Couverture Les Aventures d'Alice au pays des merveilles

Les Aventures d'Alice au pays des merveilles (1865)
Livre de Lewis Carroll
"Alice, assise auprès de sa sœur sur le gazon, commençait à s'ennuyer de rester là à ne rien faire."

La Bible
Culture et société.
Livre de Anonyme
"Au commencement Dieu créa le ciel et la terre."

Cent ans de solitude (1967)
Livre de Gabriel García Márquez
"Bien des années plus tard, face au peloton d'exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l'emmena faire connaissance avec la glace."

Les Confessions (1782)
Livre de Jean-Jacques Rousseau
"Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme ce sera moi."
Couverture Un conte de deux villes

L'Étranger (1942)
Livre de Albert Camus
"Aujourd'hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas."

et aussi merci à Moro Z pour jmen fiche frr; on le voit ici :https://www.youtube.com/watch?v=HFkr2LNMgS0&t=96s

Podcast
En cours de lecture

s03e07 la musique

s03e07%20la%20musique.mp3

s03e07%20la%20musique.mp3

Télécharger Télécharger ( 19 Mo )

Résultat issu du dictionnaire pour "musique"
nom féminin
Art de combiner des sons d'après des règles (variables selon les lieux et les époques), d'organiser une durée avec des éléments sonores ; production de cet art (sons ou œuvres).

"La musique du hasard" c'est un chouette roman de PAUL AUSTER:
Nashe, ex-pompier de Boston qui a hérité de deux cent mille dollars, rencontre Pozzi, joueur de poker professionnel, alors qu’il sillonne l’Amérique sans but particulier. Fort du soutien de son compagnon de hasard, il décide d’investir le restant de sa fortune dans une partie supposée sans risques contre deux millionnaires excentriques, Flower et Stone. C’est alors que l’extravagant commence…
Ecrivant l’errance dans l’espace américain ou le huis clos de tous les dangers, Paul Auster interroge ici avec une étonnante maîtrise romanesque les thèmes qui lui sont chers — l’incertitude de l’identité, l’absurdité du hasard et la perte du sens commun.

sinon c'est aussi un chouette film
je l'ai vu il y a très longtemps et j'en garde encore des souvenirs précis, de certains plans...
J'ai oublié le reste
souvent je les oublie les films :-/
mais c'est tant mieux dans un certain sens, comme ça je peux les revoir. Mais la plupart du temps c'est chiant parce que je ne me rappelle même plus si j'ai aimé ! C'est malin.
Je peux voir plusieurs fois des daubes

Podcast
En cours de lecture

s03e06 La magie

s03e06%20la%20magie.mp3

s03e06%20la%20magie.mp3

Télécharger Télécharger ( 22 Mo )

La magie est une pratique fondée sur la croyance en l'existence d'êtres ou de pouvoirs naturels et de lois naturelles occultes permettant d'agir sur le monde matériel par le biais de rituels spécifiques. Dans de nombreuses cultures, les moyens mis en œuvre par la magie en tant que science occulte s’opposent aux religions établies ainsi qu'aux raisonnements scientifiques. Les évolutions des connaissances scientifiques, qui donnent des explications aux phénomènes comme la foudre, les mouvements des planètes, ou les réactions chimiques, se sont progressivement opposées à la croyance en la magie.

Si Noël est chargé d'eau, l'été n'en sera que plus beau.
Proverbe français ; Les proverbes et dictons des mois (1913)

Noël herbeux, Pâques neigeux.
Proverbe franc-comtois ; Les proverbes et dictons de la Franche-Comté (1876)

Brume de la Noël, ne fait ni bien ni mal.
Proverbe français ; Les proverbes et dictons du Languedoc (1872)

Jours de Noël humides, épis sans grains ; jours de Noël froids, épis grainés.
Proverbe français ; Les proverbes et dictons populaires (1874)