La diagonale du vide

La diagonale du vide

vous écoutez, on vous observe...

bengir000

Vous êtes métropolitain ou habitant une banlieue, vous ne craignez pas le choc des cultures, le countryside lifestyle vous apparaît comme une opportunité, alors ...

Podcast
En cours de lecture

s03e13 perfect day

s03e13%20perfect%20day.mp3

s03e13%20perfect%20day.mp3

Télécharger Télécharger ( 16 Mo )

Aujourd’hui, j’ai simplement envie de partager avec vous les très beaux « Statuts de l’Homme », du poète brésilien Thiago de Mello. Ecrits en 1964, ils raisonnent particulièrement aujourd’hui.

Article 1er. Il est décrété que maintenant la vérité a de la valeur, que maintenant la vie a de la valeur et que, en nous donnant les mains nous travaillerons tous pour la vraie vie.

Article 2. Il est décrété que tous les jours de la semaine, y compris les mardis le plus gris, ont le droit de se transformer en matins de dimanche.

Article 3. Il est décrété que, à partir de cet instant, il y aura des tournesols à toutes les fenêtres et que les tournesols auront le droit de s’ouvrir à l’ombre ; et que les fenêtres doivent rester, le jour entier, ouvertes au vert où grandit l’espérance.

Article 4. Il est décrété que l’homme n’aura plus jamais besoin de douter de l’homme. Que l’homme aura confiance en l’homme, comme le palmier se confie au vent, comme le vent a confiance en l’air, comme l’air au champ bleu du ciel.

L’homme aura confiance en l’homme.
Comme un gamin en un autre gamin.

Article 5. Il est décrété que les hommes sont libres du joug du mensonge. Il ne sera plus jamais nécessaire d’utiliser la cuirasse du silence, ni de l’armure des mots. L’homme s’associera à la table avec son regard clair, parce que la vérité se trouvera servie avant le dessert.

Article 6. Est établie, pendant dix siècles, la pratique rêvée par le prophète Isaïe : et le loup et l’agneau paîtront côte à côte, et la nourriture des deux aura le même goût d’aurore ;

Article 7. Par décret irrévocable, est établi le règne permanent de la justice et de la clarté, et la joie sera un drapeau généreux pour toujours déployé dans l’âme du peuple.

Article 8. Il est décrété que la plus grande douleur a toujours été et toujours sera de ne pas pouvoir donner d’amour à qui l’on aime, et de savoir que c’est l’eau qui donne à la plante le miracle de la fleur.

Article9. Il est permis que le pain de chaque jour ait dans l’homme une trace de sa sueur. Mais que surtout il ait toujours la chaude saveur de la tendresse.

Article 10. Est permis à toute personne, à tout moment de sa vie, l’usage du costume blanc.

Article 11. Il est décrété, par définition, que l’homme est un animal qui aime, et que pour cela il est beau, beaucoup plus beau que l’étoile du matin.

Article 12. Il est décrété que rien ne sera imposé ni interdit. Tout sera permis, surtout de jour avec les rhinocéros et de se promener, les après-midi, avec un immense bégonia à la boutonnière.

Une seule chose reste interdite : aimer sans amour.

Article 13. Il est décrété que l’argent ne pourra jamais plus acheter le soleil des matins triomphants. Expulsé du grand coffre de la peur, l’argent se transformera en une épée fraternelle pour défendre le droit de chanter et la fête du jour nouveau.

Article final. Est interdit l’usage du mot liberté, qui sera supprimé des dictionnaires et du marécage trompeur des bouches. A partir de cet instant la liberté sera quelque chose de vivant et de transparent, comme un feu.

Thiago de Mello

Podcast
En cours de lecture

s03e11 Allo Rennes ici Paris

s03e11%20allo%20Rennes%20ici%20Paris.mp3

s03e11%20allo%20Rennes%20ici%20Paris.mp3

Télécharger Télécharger ( 22 Mo )

Avec un titre comme ça, vous devez vous dire que c'est n'importe quoi, Paris et Rennes de sont pas situées dans la diagonale du vide.
et bien c'est vrai, vous avez raison.
mais c'est mon podcast , alors je l'ai mis quand même.

Une réplique prodigieuse de la Tour Eiffel !
Une idée, une vision, le tout avec un savoir-faire et une persévérance à toute épreuve, Le Patron, artisan menuisier et président du comité des fêtes, s'est lancé depuis décembre 2017 dans une prodigieuse construction, qui n'est ni plus ni moins qu'une réplique de l’emblématique Tour Eiffel.
Alors que le comité des fêtes, réfléchissait à un édifice un peu particulier pour la réalisation du spectacle pyrotechnique de la Fête de la Rivière le 14 juillet, c'est à la suite d'une discussion en famille que la fille du Patron, a eu cette idée « particulièrement dingue » s'amuse-t-elle à dire aujourd'hui, de construire une réplique de la tour Eiffel.
Artisan menuisier depuis 30 ans et artificier-créateur de spectacles pyrotechniques, le Patron s'est saisi immédiatement de l'idée et s'est mis à l'ouvrage dès décembre 2017.

Avant de se lancer dans cette aventure, tel un archéologue des temps modernes, il a consulté des plans originaux de la tour Eiffel, facilement accessibles sur Internet. Il s'est également déplacé au pied de la Grande Dame pour y réaliser quelques photographies qui vont lui permettre de travailler plus finement les détails de son ouvrage à venir.
L'ouvrage est constitué d'acier et de boulons pour les raccords de chaque pièce comme le fît Gustave Eiffel entre 1887 et 1889. Pour pouvoir plus aisément la transporter, L'artisan s'applique à ce qu'elle soit modulable et la construit en plusieurs morceaux à la manière d'un « kit ».
Cette réplique sera d'une échelle de 1/15e par rapport à l'originale. Elle devrait mesurer une fois terminée 26 m de hauteur. Actuellement, les deux premiers étages sont montés et la «demoiselle» ne pèse pas moins de 7 tonnes.
Elle poursuit son ascension tranquillement, mais sûrement avec le début de la réalisation du troisième étage qu'on espère finir dans le courant de 2020. On y travaille les week-ends, le soir après son travail d'artisan menuisier. Un véritable passionné qui s'est donné un objectif : horizon 2024.

PodRennes. Deux jours de micros ouverts !
Ce week-end des 20 et 21 avril, était organisé PodRennes. L’événement rassemblait une centaine de passionnés de podcast, présents pour s’écouter, se conseiller et faire découvrir ce média aux profanes
Un lieu d’échange :Dans le public, on intervient, on rigole, on interagit pendant l’enregistrement. « On a voulu faire une scène ouverte. Tout le monde peut participer. Le public est proche, on voulait éviter le côté barrière ».
Dans le hall d’entrée du centre social, les bénévoles préparent le buffet prévu pour les participants. Ici pas de partenaires, seuls les dons financent l’événement proposé gratuitement. Alors les petites mains s’activent. Pendant ce temps, ici et là, sur les chaises hautes et les canapés, on parle technique, son, on donne son avis, échange des conseils et on prend des nouvelles. « Il y en a qu’on ne connaît que par la voix car on écoute leur podcast ». Il faut dire que certains viennent de loin Il y a des Suisses, des Belges, des Luxembourgeois arrivés en Limousine d’autres viennent du Sud de Londres mais aussi de toute la France, notamment de la légendaire Diagonale du vide, ce pays immaginaire qui n'existe que dans nos coeurs. C’est agréable aussi de se retrouver avec des gens à qui on n’a pas besoin d’expliquer ce qu’est un podcast.

« Il suffit d’un micro »: Pourtant le podcast semble se faire connaître. « Il y en a de plus en plus à se lancer et peu à s’arrêter ». L’événement PodRennes lui-même ne cesse de grandir. « En 2013 on était une vingtaine à s’être retrouvés dans un bar ». C’est de là qu’est né l’événement. Cette année, ils étaient 114 inscrits. « On a dû atteindre les 125 présents, poursuit l’organisateur. Hier, on a par exemple une famille qui est venue voir par curiosité ». Tel est également l’objectif : faire découvrir le podcast à tous.

Podcast
En cours de lecture

s03e10 être utile ou ne pas être utile

s03e10%20%C3%AAtre%20utile%20ou%20ne%20pas%20%C3%AAtre%20utile.mp3

s03e10%20%C3%AAtre%20utile%20ou%20ne%20pas%20%C3%AAtre%20utile.mp3

Télécharger Télécharger ( 20 Mo )

Cette semaine on a terminé avec les épisodes thématiques.
On revient au bons vieux fondamentaux du journal de bord avec des rencontres tirées au hasard dans un quotidien quotidien.

Mais qu’est-ce qui est utile ?

Être utile, c’est être profitable. On dit utile ce qui procure un gain, un bénéfice à quelqu’un ou à quelque chose. L’utile est avantageux, il permet une amélioration. En ce sens littéralement tout peut être utile. Même si l’avantage est minime.
Cependant rien mais utile en soi, indépendamment d’un contexte où d’un projet donné.
Utile est à terme relatif : il ne prend sens que par rapport à autre chose, à une perspective plus générale dans laquelle il s’inscrit.
On dit parfois utile ce qui est indispensable cette façon de parler est illégitime: elle confond à tort le nécessaire et utile.

CHAPITRE XIV

La cinquième place de parking était très curieuse. C'était la plus petite de toutes. Il y avait là juste assez de place pour loger un réverbère et un fumeur de clope Ludo ne parvenait pas à s'expliquer à quoi pouvaient servir, quelque part sur le parking, une place sans place et un allumeur de clopes. Cependant il se dit en lui-même:
- Peut-être bien que cet homme est absurde. Cependant il est moins absurde que le premier ministre que le vaniteux, que le businessman et que le buveur. Au moins son geste a-t-il un sens. Quand il allume son clope, c'est comme s'il faisait naître une étoile de plus, ou une fleur. Quand il éteint son clope ça endort la fleur ou l'étoile. C'est une occupation très jolie. C'est véritablement utile puisque c'est joli.
Lorsqu'il aborda la place il salua respectueusement le clopeur:

  • Bonjour. Pourquoi viens-tu d'éteindre ton clope ?
  • C'est la consigne, répondit Serge le fumeur. Bonjour.
  • Qu'est-ce que la consigne ?
  • C'est d'éteindre mon clope. Bonsoir. Et il le ralluma.
  • Mais pourquoi viens-tu de le rallumer ?
  • C'est la consigne, répondit l'allumeur.
  • Je ne comprends pas, dit Ludo.
  • Il n'y a rien à comprendre, dit Serge le clopeur. La consigne c'est la consigne. Bonjour. Et il éteignit son réverbère.

Puis il s'épongea le front avec un mouchoir à carreaux rouges.
- Je fais là un métier terrible. C'était raisonnable autrefois. J'éteignais le matin et j'allumais le soir. J'avais le reste du jour pour me reposer, et le reste de la nuit pour dormir...
- Et, depuis cette époque, la consigne a changé ?
- La consigne n'a pas changé, dit l'allumeur. C'est bien là le drame ! La place d'année en année a réduit de plus en plus vite, et la consigne n'a pas changé !
- Alors? dit Ludo.
- Alors maintenant qu'elle est trop petite pour les voitures je n'ai plus une seconde de repos. J'allume et j'éteins une fois par minute !
- Ça c'est drôle ! Les jours chez toi durent une minute !
- Ce n'est pas drôle du tout, dit Serge . Ça fait déjà un mois que nous parlons ensemble.
- Un mois ?
- Oui. Trente minutes. Trente jours ! Bonsoir.

Et il ralluma son clope .
Ludo le regarda et il aima cet allumeur qui était tellement fidèle à la consigne. Il se souvint des couchers de soleil que lui-même allait autrefois chercher, en tirant sa chaise. Il voulut aider son ami:
- Tu sais... je connais un moyen de te reposer quand tu voudras...
- Je veux toujours, dit le clopeur.
Car on peut être, à la fois, fidèle et paresseux.

Ludo poursuivit:
- Ta place est tellement petite que tu en fais le tour en trois enjambées. Tu n'as qu'à marcher assez lentement pour rester toujours allumé . Quand tu voudras te reposer tu marcheras... et la cigarette durera aussi longtemps que tu voudras.
- Ça ne m'avance pas à grand'chose, dit le clopeur. Ce que j'aime dans la vie, c'est dormir.
- Ce n'est pas de chance, dit Ludo.
- Ce n'est pas de chance, dit Serge. Bonjour.
Et il éteignit son clope.
Celui-là, se dit Ludo, tandis qu'il poursuivait plus loin son voyage, celui-là serait méprisé par tous les autres, par le premier ministre, par le vaniteux, par le buveur, par le businessman. Cependant c'est le seul qui ne me paraisse pas ridicule. C'est, peut-être, parce qu'il s'occupe d'autre chose que de soi-même.
Il eut un soupir de regret et se dit encore:

  • Celui-là est le seul dont j'eusse pu faire mon ami. Mais sa place est vraiment trop petite. Il n'y a pas de place pour deux... Ce que Ludo n'osait pas s'avouer, c'est qu'il regrettait cette planète bénie à cause, surtout, des mille quatre cent quarante clopes par vingt-quatre heures !
Podcast
En cours de lecture

s03e09 les Gardiens de Musée

s03e09%20les%20gardiens%20de%20mus%C3%A9e.mp3

s03e09%20les%20gardiens%20de%20mus%C3%A9e.mp3

Télécharger Télécharger ( 21 Mo )

Cette fois ci, encore un épisode thématique
encore un peu intello, les gardiens de musées nous entraînent à une vraie expo de vrai art et aussi au théâtre pour un dimanche après midi ou il pleuvait sur la salle Agora.
tu t'en souviens Barbarella ?

Mammouth art
Il s’agit d’une adaptation de la pièce de Jean-Michel Ribes, Musée haut, Musée Bas.
La troupe, les “Simonins”, composée de 6 comédiens, a déjà donné ce spectacle, à Saint-Simon, à Sonnac, à Capdenac, à Lacapelle, remportant à chaque fois un franc succès auprès du public.
L’un des comédiens anime un atelier théâtre pour les enfants de Fons, le mardi à 17h20, à la salle des associations. Si on en juge d’après le plaisir que les enfants y prennent, il est probable que le spectacle des adultes soit tout à fait réjouissant !

Une petite buvette sera proposée à l’issue du spectacle, dont les bénéfices iront à l’Association des Parents d’élèves de Lissac.
N’hésitez pas à faire circuler l’info !

« la gravedad insistente » Eduardo Chillida
Du 6 avril au 7 octobre 2018 Les Abbatoirs, Toulouse

En s’inscrivant à la suite des expositions monographiques récemment dédiées à Antoni Tàpies, Daniel Spoerri ou encore Hessie, le musée s’organise thématiquement afin de mettre l’accent sur le rapport du sculpteur à l’espace et à la gravité de la matière. Conçue avec le soutien exceptionnel de la Fundación Eduardo Chillida-Pilar Belzunce, elle souligne comment l’artiste espagnol a su, des années 1950 au début des années 2000, renouveler de manière inédite l’art de la sculpture. Elle permet enfin d’approfondir le caractère résolument expérimental de son oeuvre.
Dès les années 1950, l’artiste espagnol Eduardo Chillida (1924-2002) participe au renouvellement de la sculpture. Il refuse les contraintes de la matière et décide de créer ses sculptures directement au feu, dans la forge et de refuser la duplication traditionnelle de la sculpture en bronze.
Partant de l’épopée des Peignes du vent, conçus à fleur de l’océan Atlantique à Saint-Sébastien (Espagne), l’exposition aborde l’œuvre d’Eduardo Chillida de manière thématique, notamment les quatre éléments (eau, feu, air, terre). À côté des sculptures de fer et de métal, elle réunit un ensemble d’œuvres blanches (albâtre, œuvres graphiques) et de terres cuites.

Portant sur des thématiques propres à l’artiste, telles que les limites de l’espace ou encore l’implication de l’art dans l’espace public et la nature, l’exposition met en rapport les sculptures avec une sélection d’affiches, de dessins et de gravures. Les œuvres dialoguent également avec l’architecture des Abattoirs, notamment grâce à des suspensions.

Podcast
En cours de lecture

s02e08 la littérature

s02e08%20la%20litt%C3%A9rature.mp3

s02e08%20la%20litt%C3%A9rature.mp3

Télécharger Télécharger ( 15 Mo )

Définition du dictionnaire Littré

LITTÉRATURE: Prononciation ; li-té-ra-tu-r'; s. f.
Sens 1: Connaissance des belles-lettres.
Sens 2: L'ensemble des productions littéraires d'une nation, d'un pays, d'une époque. La littérature française. La littérature du moyen âge.
Sens 3: Les gens de lettres.
ÉTYMOLOGIE
Lat. litteratura, de litteratus (voy. LETTRÉ) : proprement, l'alphabet, la connaissance des caractères de l'alphabet et de la grammaire.

Anna Karénine (1877)
Livre de Léon Tolstoï
"Les familles heureuses se ressemblent toutes; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon."
Couverture Les Aventures d'Alice au pays des merveilles

Les Aventures d'Alice au pays des merveilles (1865)
Livre de Lewis Carroll
"Alice, assise auprès de sa sœur sur le gazon, commençait à s'ennuyer de rester là à ne rien faire."

La Bible
Culture et société.
Livre de Anonyme
"Au commencement Dieu créa le ciel et la terre."

Cent ans de solitude (1967)
Livre de Gabriel García Márquez
"Bien des années plus tard, face au peloton d'exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l'emmena faire connaissance avec la glace."

Les Confessions (1782)
Livre de Jean-Jacques Rousseau
"Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme ce sera moi."
Couverture Un conte de deux villes

L'Étranger (1942)
Livre de Albert Camus
"Aujourd'hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas."

et aussi merci à Moro Z pour jmen fiche frr; on le voit ici :https://www.youtube.com/watch?v=HFkr2LNMgS0&t=96s